Articles de fond

Déclaration d’anciens chefs des autorités de sureté nucléaire et d’experts du nucléaire

Publié le vendredi 14 janvier 2022

« Le nucléaire n’est pas un moyen pratique de lutter contre le changement climatique ».

Relayant l’information reçue d’ATTAC Mâcon, FNE 71 vous invite à lire le communiqué signé par 4 responsables internationaux (US, Allemagne, France et Grande Bretagne), en date du 3 janvier 2022.

L’article initial en anglais

Le réchauffement climatique s’accélère. L’évolution des connaissances sur la sensibilité climatique et le taux de fonte des glaces polaires montre clairement que l’élévation du niveau de la mer s’accentue, ainsi que les tempêtes destructrices, les précipitations importantes et les inondations, sans oublier les incendies de forêt. Avec une inquiétude croissante et une prise de conscience de la vitesse et du rythme de la transition énergétique à faible émission de carbone qui est nécessaire, le nucléaire a été reconsidéré comme une réponse partielle à la menace du réchauffement climatique. Mais au cœur de tout cela se posent les questions de savoir si le nucléaire pourrait aider à faire face à la crise climatique, si le nucléaire est économiquement viable, quelles sont les conséquences des accidents nucléaires, que faire des déchets et s’il y a une place pour le nucléaire dans l’utilisation croissant des énergies renouvelables. En tant qu’experts clés ayant travaillé en première ligne sur la question nucléaire, nous nous sommes tous impliqués aux plus hauts niveaux gouvernementaux de réglementation nucléaire et de radioprotection aux États-Unis, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Dans ce contexte, nous considérons qu’il est de notre responsabilité collective de commenter le débat clé : le nucléaire pourrait-il jouer un rôle important en tant que stratégie de lutte contre le changement climatique ?

Le message central, répété à maintes reprises, selon lequel une nouvelle génération de centrales nucléaires sera propre, sûre, intelligente et bon marché, est une fiction. La réalité est que le nucléaire n’est ni propre, ni sûr, ni intelligent ; mais est une technologie très complexe avec le potentiel de causer des dommages importants. Le nucléaire n’est pas bon marché, mais extrêmement coûteux. Peut-être plus important encore, le nucléaire ne fait tout simplement pas partie d’une stratégie réalisable qui pourrait contrer le changement climatique. Pour apporter une contribution pertinente à la production mondiale d’électricité, jusqu’à plus de dix mille nouveaux réacteurs seraient nécessaires, selon le type de réacteurs. 

En bref, le nucléaire comme stratégie contre le changement climatique est : 

  • Trop coûteux en termes absolus pour apporter une contribution pertinente à la production mondiale d’électricité 
  • Plus cher que les énergies renouvelables en termes de production d’énergie et de réduction des émissions de CO2, même en tenant compte des coûts des outils de gestion du réseau comme le stockage d’énergie associé au déploiement des énergies renouvelables. 
  • Trop coûteux et risqué pour l’investissement sur les marchés financiers, et donc dépendant de subventions publiques et de garanties de prêts très importantes. 
  • Insoutenable en raison du problème non résolu des déchets radioactifs à vie très longue. 
  • Financièrement non viable car aucune institution économique n’est prête à s’assurer contre le coût potentiel total, les impacts environnementaux et humains des émissions accidentelles de rayonnement – la majorité de ces coûts très importants étant supportés par le public. 
  • Militairement dangereux puisque les conceptions de réacteurs nouvellement promus augmentent le risque de prolifération des armes nucléaires.
  • Intrinsèquement risqué en raison d’accidents en cascade inévitables dus à des erreurs humaines, des défauts internes et des impacts externes ; vulnérabilité à l’élévation du niveau de la mer due au climat, aux tempêtes, aux inondations et aux risques d’inondation, entraînant des impacts économiques internationaux. 
  • Sujet à trop de problèmes techniques et de sécurité non résolus associés à de nouveaux concepts non éprouvés, y compris les réacteurs « avancés » et les petits réacteurs modulaires (SMR). 
  • Trop lourd et complexe pour créer un régime industriel efficace pour les processus de construction et d’exploitation des réacteurs dans le délai de construction prévu et la portée nécessaire à l’atténuation du changement climatique. 
  • Il est peu probable qu’il apporte une contribution pertinente à l’atténuation du changement climatique nécessaire d’ici les années 2030 en raison des délais de développement et de construction extrêmement longs du nucléaire et des coûts de construction écrasants du très grand volume de réacteurs qui seraient nécessaires pour faire la différence. 

Dr Greg Jaczko, ancien président de la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis.  Prof. Wolfgang Renneberg, ancien chef de la sûreté des réacteurs, de la radioprotection et des déchets nucléaires, ministère fédéral de l’Environnement, Allemagne.  Dr Bernard Laponche, ancien directeur général de l’Agence française de maîtrise de l’énergie, ancien conseiller du ministère français de l’Environnement, de l’Énergie et de la Sûreté nucléaire.  Dr Paul Dorfman, ancien secrétaire du gouvernement britannique. Comité examinant le risque de rayonnement des émetteurs internes.